Maladie Fibromyalgie

Notre corps est intoxiqué… INTOX ou pas ?

Mercure / amalgames : où est la vérité ?

En consultant différents sites, je « tombe » sur www.alternativesante.com et différents témoignages de personnes intoxiquées par les métaux lourds de leurs amalgames. J’ai trouvé celui-ci très… très révélateur de la situation française concernant ce sujet tabou !
Informations et autres témoignages, consultez les sites suivants :
F. CambayracMELODIE  ; NON AU MERCURE DENTAIRE.

ATTENTION à ce que nous mangeons

Le n° 826 du 16-22/02/2013 de Marianne titrait « Les sales cuisines de la malbouffe » avec « des fabricants nous trompent, des mafias nous empoisonnent, … » ; le n° 3241 du 14/08/2013 de l’Express titrait dans l’un de leurs articles « Alerte dans nos assiettes » ; le n°495 de juillet-août 2014  de 60 millions de consommateurs titre « Peut-on encore manger du poisson ? ».

La traçabilité est parfois trop légère – et pas toujours uniquement en provenance de Chine – car certains veulent surtout faire du profit ! Les produits à consommer posent parfois certains problèmes – antibiotiques ingérés, présence de produits chimiques, taux d’oméga 3. L’analyse 60 millions de consommateur concluent ainsi : des avantages indéniables : 1. « Les effets bénéfiques des acides gras insaturés de type Omega 3 que le corps n’est pas capable de synthétiser lui-même. » 2. « L’idéal est de varier les espèces consommées » : les gras et les maigres, les petits et les gros. 3. « Le saumon contient aussi des protéines de très bonne qualité. »

En cette fin de juin 2014, toutes les chaînes télévisuelles s’y mettent ! En cause, les plats cuisinés à base de poisson qui n’en contiennent pas assez ou qui contiennent également de la peau, des morceaux d’arêtes, des poissons de moindre qualité – selon les marques de produits – (car certains plats sont de haute qualité). la revue 60 millions de consommateurs affiche pour septembre 2014 « Produits panés : que se cache-t-il sous la panure. … Le meilleur côtoie le pire ».

Deux alternatives pour être assuré(e) de la qualité du poisson, et donc rassuré(e) quant aux risques :

1. Choisir des produits estampillés – Labels, certifications – et traçables
Il est encore possible de trouver du bon poisson sain, en faisant attention à la filière d’approvisionnement et en achetant des produits estampillés qui se veulent respecter le cycle des espèces et la qualité finale.
« Label rouge », « éco-certification bio », « éco label mondial MSC – pêche durable -« , « pavillon de France », ou les labels pour l’aquaculture : « Aquaculture de nos régions » et ASC – Aquaculture Stewardship Council.

Suite à son analyse de produits, 60 millions de consommateurs, conclut : – Notre panel affiche un niveau de pollution plutôt modéré, avec un satisfecit pour les saumons sauvages, – Les résultats sont contrastés sur les pesticides, présents mêmes dans certaines références bio, – Retrouvé dans un tiers des saumons d’élevage, l’éthoxyquine pose question. Nous demandons une évaluation de sa toxicité pour l’homme. Dans l’étude, le saumon frais d’élevage au top est « CORA – Pavé sans arêtes et avec peau » (note de 18/20), les saumons surgelés d’élevage au top sont « PESCANOVA – Pavé de l’Atlantique sans arêtes » (note 18.5) et « LEADER PRICE – Pavé de saumon argenté du Pacifique sans arêtes » (note 18), les saumons surgelés sauvages ont tous les cinq une note comprise entre 16.5 et 17.5 (LEADER PRICE 17.5 / IGLO 17 . INTERMARCHE 17 / FINDUS 17 / PICARD 16.5) ; les deux points faibles étant la valeur nutritionnelle pour IGLO, FINDUS et PICARD et la teneur en acides gras essentiels pour tous.

2.Fabriquer soi-même ses plats permet d’en optimiser la qualité finale et de minimiser les risques liés aux additifs alimentaires, aux conservateurs et autres substances. Éviter les plats cuisinés, les produits panés, enrobés… dont vous ignorez toute la traçabilité, toute la composition… (Et comme le dit 60 millions de conso « préférer les poissons entiers plutôt qu’en filets, impossibles à identifier ».) car vous pouvez le faire vous-même(s) et être ainsi (R)assuré(e) de ce qui compose votre panure… Les deux seuls bémols : consacrer plus de temps à la réalisation du repas et savoir le réaliser. Mais rien n’est impossible !  Découvrez un outil indispensable pour y arriver.
Sachez que’n achetant également des pièces entières que vous portionnerez en darnes, filets … vous pourrez aussi faire des économies substantielles.

Si on tient compte de tout ce qu’on lit et qu’on entend, ne plus manger du tout serait la seule alternative ! Non bien évidemment. Il faut juste être un consommateur averti qui choisit ce qu’il mange… Alors pour profiter des bienfaits sans les risques, 60 millions de conso conclut « une portion hebdomadaire de poissons gras. Limiter à deux fois par mois la consommation de poissons d’eau douce. Et dans tous les cas, varier les espèces et les origines. Choisissez des poissons de petite ou moyenne taille qui auront accumulé moins de toxiques. » « L’Anses (Aagence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) préconise de ne pas consommer « plus de deux portions par semaine » ».

Septembre 2012 / Mercure dentaire : une loi pour renforcer la prévention

En septembre 2012, une centaine de dentistes ont lancé une pétition réclamant à la ministre de la Santé Marisol Touraine une suppression des amalgames au nom du principe de précaution. Mais les syndicats dentaires (ADF, Conseil National de l’Ordre des Dentistes et Confédération nationale des syndicats dentaires) estiment que la dangerosité du produit n’a toujours pas été prouvée et que l’amalgame reste un matériau d’obturation efficace, moins cher et facile à poser. Lire l’article ici.

« RECHERCHE THERAPEUTE
Bonjour, Mis a part la dépression et les pensées suicidaires, je presente absolument tous ces symptomes. De plus j’ai perdus jusqu’a 15 kilos en quelques mois. J’en ai repris qq uns, sans doute la consequence d’un basculement vers une alimentation enrichi en nutriments, vitamines, enzymes, aliments crus et vivants, probiotics… Je suis passé entre les mains de la medecine classique dans plusieurs hopitaux parisiens, mais aucuns n’a fait de dépistage de metaux lourd. Et quand je leur pose la question, ca les dérange et il me disent que cela ne se justifie pas. Mais le fait de constater tout ces troubles et perte poids sans explication a ce jour est que ca ne justifie pas de chercher? Est ce un manque de moyens ou de competences? De plus je presente un gd nombre d’amalgames au mercure en bouche. Bref je recherche un therapeute sur Paris pour realiser un diagnostique sur une eventuelle intoxication aux metaux lourd. Et souhaite de toute maniere faire une deposer et accompagné d’un traitement naturel pour desintoxifier mon organisme quel que soit le niveau de celle ci. Merci d’avance pour vos conseils et adresses de therapeutes. »

« Les vaccins sont indispensables… mais pas inoffensifs » titre sudouest.fr

7 octobre 2010 08h52 – Par Thierry Magnol Une étude pilotée par le professeur Gherardi démontre pour la première fois qu’un adjuvant vaccinal, l’aluminium, peut avoir des effets néfastes sur la santé ce que les autorités sanitaires continuent de nier. La nécessité de la vaccination n’est pas pour autant remise en cause. Le professeur Romain Gherardi, chef du service d’histologie de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil est en train d’achever des travaux qui, selon lui, démontrent que l’aluminium contenu dans les vaccins est bien à l’origine de la myofasciite à macrophages, une maladie extrêmement invalidante qui se caractérise par des troubles cognitifs et des douleurs articulaires et musculaires aigues et dont on dénombre entre 200 et 250 nouveau cas chaque année en France. L’aluminium serait en cause car plusieurs jours après la vaccination il se fixe dans le cerveau. C’est son accumulation qui chez les sujets sensibles déclencherait la maladie.

Cette découverte est importante à plus d’un titre. Tout d’abord, elle pourrait clore le vieux débat sur la dangerosité supposée des adjuvants vaccinaux que les autorités sanitaires ont toujours niée car on ne vivait jusque-là que sur des suppositions. « On espère que maintenant la situation va se débloquer, explique le professeur Gherardi. L’OMS est dans le déni complet et en Europe aucun budget n’a été accordé à la recherche sur la toxicité vaccinale. C’est une approche de santé publique compréhensive dans la mesure où les bienfaits de la vaccination pour une population sont supérieurs aux risques encourus par quelques individus. Nous en sommes conscients. Mais plutôt que refuser le problème, peut-être faudrait-il le prendre à bras le corps et chercher les solutions appropriées. »

La difficulté, c’est que de nombreux vaccins dans le monde contiennent de l’aluminium. Casser la chaîne de fabrication coûterait très cher, d’autant que rien n’indique que les autres adjuvants sont sans danger. « On peut commencer à s’interroger sur l’idée qu’ils peuvent induire des manifestations générales plus ou moins importantes », estime le professeur Gherardi. Pour l’heure, les découvertes du chercheur de Créteil n’agitent pas les autorités. Le professeur Bégué était intervenu il y a quelques jours au nom de l’Académie de médecine pour rappeler qu’en l’état actuel des connaissances, il n’était pas possible d’imputer des troubles aux adjuvants vaccinaux. Joint hier au téléphone, il a maintenu sa position en ajoutant : « Je suis très intéressé par les études de M. Gherardi. Mais la science a des règles précises. On commence par publier et on discute après. En outre, toute publication doit être vérifiée, ce qui peut prendre des années. Sur des sujets qui ont un tel retentissement dans le public, il faut faire très attention. » L’Agence française de sécurité sanitaire devrait prochainement prendre position après avoir reçu le professeur Gherardi. Ce dernier qui est à jour de ses vaccinations rappelle d’ailleurs que sa découverte ne doit en aucune façon remettre en cause le bienfait des vaccins. Sur un test, 33 % des personnes disent « J’aimerais être mieux renseigné sur les risques encourus »

LES PARABENS en question… dans les produits cosmétiques

13ème législature / Question N° : 69336 de M. Lionel Tardy ( Union pour un Mouvement Populaire – Haute-Savoie ) Question écrite Ministère interrogé > Santé et sports Ministère attributaire > Santé et sports Rubrique > consommation Tête d’analyse > protection des consommateurs Analyse > paraben. utilisation. conséquences. santé Question publiée au JO le : 26/01/2010 page : 769 Réponse publiée au JO le : 20/07/2010 page : 8183 Texte de la question M. Lionel Tardy attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur les conservateurs contenus dans certains produits cosmétiques. Des études suggèrent que ces conservateurs, comme le paraben, sont toxiques pour la santé, et ont une influence sur la fertilité. Face à cette situation, il souhaiterait connaître les initiatives prises par le Gouvernement afin de faire le point sur la toxicité que pourrait représenter la présence de ces ingrédients dans les produits cosmétiques.

Texte de la réponse
Les parabens, dont le méthylparaben, l’éthylparaben, le propylparaben et le butylparaben sont largement utilisés en tant que conservateurs dans les produits cosmétiques en raison de leur efficacité antimicrobienne. Ils sont le plus souvent associés les uns aux autres afin d’élargir leur spectre de conservation. Un arrêté fixant la liste des agents conservateurs que peuvent contenir les produits cosmétiques limite l’usage de ces substances aux concentrations maximales autorisées à 0,4 % (en acide) pour un ester et à 0,8 % (en acide) pour les mélanges d’ester. L’ensemble des données de la littérature, les conclusions de comités d’experts européens dans les domaines cosmétique et alimentaire et les études fournies par les industriels n’ont, à ce jour, pas mis en évidence de risque lié à l’utilisation des parabens dans les conditions actuelles d’utilisation. En effet, l’analyse de l’ensemble des données de toxicologie a permis de conclure à une bonne tolérance générale de cette famille, qui bénéficie d’une expérience d’utilisation de plusieurs dizaines d’années. Ainsi, l’utilisation des parabens peut être poursuivie, dans la mesure où elle respecte les concentrations autorisées. Il n’en demeure pas moins que l’évaluation des données disponibles se poursuit au niveau communautaire afin d’exclure tout risque dans le cadre de leur utilisation dans les produits cosmétiques. Enfin, au début de l’année 2009, la ministre de la santé et des sports a saisi l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) pour qu’elle procède à l’évaluation de la part du risque attribuable aux ingrédients perturbateurs endocriniens ou toxiques pour la reproduction présents dans les produits cosmétiques. Les substances incriminées ont été préalablement identifiées par l’AFSSAPS et sont en cours d’évaluation. Cette saisine s’inscrit dans le cadre d’une saisine collective des agences sanitaires portant sur des substances susceptibles de présenter des risques similaires dans des produits de consommation courante. Des expertises sont actuellement en cours, notamment celle de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Lire le texte sur le site du Sénat

Article posté sur « danger-sante-org » concernant l’appareil physiodetox

 « Suite à l’émission sur les dangers de la détox sur M6 le Mercredi 10 Juin 2009, un appareil de détox à la mode qui a pour nom Physiodetox a été testé. Résultat : une très mauvaise publicité pour l’appareil.

Car l’appareil a un coté très visuel, le fait de l’utiliser change la couleur de l’eau clair en une eau épaisse et rougeâtre (voir marron). Et suite à un test sans avoir placer ses pieds dans l’appareil physiodetox, l’eau change tout de même de couleur.

Depuis quelques jours le site physiodetox.com est indisponible, je cite : “LE SITE EST ACTUELLEMENT EN MAINTENANCE”. Existe-il un rapport avec l’émission de la chaine M6 ?

Cependant un membre de l’équipe de danger-sante.org a déjà testé cette machine auprès d’un professionnel et cette personne lui avait dit avant de commencer la séance que l’eau changeait de couleur toute seule avec le simple fonctionnement de la machine…

Ce qui n’est pas le cas dans l’émission, cependant aucun métaux lourds ne seraient présents suite au différents tests des chroniqueurs de la chaine M6.

D’après cette émission : “Entre la détox et l’intox il n’y a parfois qu’un pas”… Affaire à suivre ! »

site en lien avec cet article Attention à ne pas tomber dans certains panneaux ! Qui plus est le dit appareil coûte plus de 500 €.

Cure détox

lien sur M6 « Emission du 10/06/2009

« Détox » : les dérives du nouveau régime à la mode (Eleneore Gay) Jus d’herbe, jeunes pousses de légumes, thé à la citronnelle.. Ce sont quelques-uns des ingrédients de la nouvelle mode en matière de bien-être . Son nom s’affiche dans tous les magazines féminins : «Détox », pour détoxication, l’idée est de vous nettoyer de l’intérieur, vous purifier – et accessoirement,… » lire la suite sur le site de M6

Détoxiner le corps peut être positif ; il n’y a pas besoin de s’abstenir de manger pour le faire. De plus, une alimentation saine et équilibrée ne peut pas être négative et le corps a besoin d’un minimum de protides/lipides/glucides pour vivre. Jeûner est possible bien sûr mais dans le cas d’une santé fragile, il vaut mieux s’abstenir.

 

15 Commentaire

  1. Söhnle Erich dit :

    Dernières informations sur les métaux lourds

    J’ai bien réfléchis à mes problèmes de santé, depuis récemment. Je ne sais toujours pas vraiment ce que j’ai au juste. Je suspecte depuis quelques années une spasmophilie récurrente. Depuis ces derniers temps, de plus en plus d’études disent que les maladies chroniques actuelles viennent de notre environnement fort polluer, même certains aliments BIO. Selon les dernières statistiques, notre environnement serait aussi envahi par les métaux lourds, que l’on trouverait malheureusement un peu partout, (gros poissons, certains médicaments, les pesticides sur les fruits et légumes non bio, jus d’orange industriel à cause des oranges préalablement traitées,…). J’avais du mal à y croire, il y a encore à peine 2 ans. J’aurais alors dis, c’est n’importe quoi, mais maintenant que je me penche de plus en plus sur la question en lisant des magasines, des revues, des livres reprenant les dernières études indépendantes et concrètes sur l’enjeu de notre santé. Je ne rate aucunes émissions de sciences qui parlent des pesticides et autres maladies chroniques. Ces chercheurs indépendants contrecarrent les industrielles et la vérité qui en ressort est des plus frappante.
    Malheureusement, certaines études vont encore dans le sens des industries et autres lobbies afin que ceux-ci puissent faire encore plus de profits sur notre dos. On en parle de plus en plus aux informations, je suis de plus en plus convaincu de l’impact que cette pollution peut avoir sur notre santé à court comme à long terme. On trouve des métaux lourds également dans les vaccins ainsi que dans les adjuvants, certains additifs alimentaires, certains poissons (les gros surtout, comme cité plus haut) pêchés intensivement dans les mers déjà polluées depuis des décennies, les amalgames dentaires (plombages) et certains objets de la vie courante (thermomètres, piles électriques, ampoules économiques, certains ustensiles de cuisines (casseroles, couverts, …). On trouve même de l’aluminium dans certaines gourdes métalliques, des recettes industrielles. L’aluminium est un grand perturbateur endocrinien, tout comme l’aspartame, qui lui est un substitut chimique du sucre, (on ne le retrouve pas dans la nature). Ce qui commence à se dire, c’est que certaines personnes ont plus de mal que les autres à éliminer ces métaux lourds de leur organisme, du fait que leur intestin est perméable « abimé » et laisse entré plus facilement que chez une autre personne, ces métaux lourds et autres toxines, ce qui peut expliquer que des personnes peuvent devenir très malades dans un environnement, où il y a un peu de métaux lourds et d’autres polluants, alors que d’autres personnes resteront saines dans ce même environnement. De plus parmi les personnes sensibles, certaines peuvent développer une allergie à des métaux lourds, mais hélas, c’est encore peu reconnu par la médecine conventionnelle, car il y a peu de tests à l’appui. Les sucres raffinés ne sont pas les bienvenus non plus à notre table, car ils provoquent bien souvent une digestion fermentescible faite de ballonnement et de gaz et à la longue, risque de fatigue nerveuse ressemblant à la dépression nerveuse. Le danger, c’est que l’on en devient vite accro. La viande, surtout la rouge, plusieurs fois par semaine peu aussi provoquer une digestion de putréfaction. Si on en mange maximum deux fois sur la semaine, c’est bien assez. Nos grands-parents n’en mangeaient jamais plus et ils trouvaient ça normal, certains en consommaient à peine une seule fois sur toute la semaine, c’était le dimanche. Pour eux, manger de la viande, c’était manger un produit de luxe.
    Les personnes hypersensibles à leur environnement, peuvent développer des pathologies graves encore mal reconnues et comprises par la médecine conventionnelle. Comme vous le dites dans vos ouvrages, ça va d’une simple gène (acouphènes ou bourdonnements d’oreilles) à l’handicap invalidant (fatigue chronique). Les différentes pathologies émergentes venues des temps modernes s’ajoutent à cette liste noire (Alzheimer, parkinson, la fatigue chronique, la fibromyalgie, la spasmophilie « reconnue principalement chez les français et dans les pays anglo-saxons et en Suisse, c’est le syndrome d’hyperventilation. Chez nous, on la nomme syndrome du trouble anxieux ou attaques de paniques », la dépression nerveuse, l’autisme, l’hyper ou l’hypoactivité avec ou sans troubles de l’attention, la sclérose en plaque,…). Lorsque je dois acheter un ustensile de cuisine, une casserole ou même une gourde, je me renseigne renseignes toujours dans une quincaillerie sur la composition exacte des produits. Il en existe qui sont fait en inox (l’un des matériaux les plus inoffensifs pour la santé). Je n’ai pas manqué de lire votre livre fort intéressant sur « les maladies émergentes : Comment s’en sortir » ? Maintenant je dois commander le livre « Vérité sur les maladies émergeantes ». J’ai hâte de le lire également.
    Pour le moment, je suis suivi par le docteur Marc Verheyen. Lors de la première entrevue, il m’a demandé d’ouvrir la bouche pour voir s’il y avait des plombages. Il en a compté 3 (2 gros et 1 petit). Avant, j’en avait même 4, mais malheureusement, il y a quelques années, une carie s’est formée sous le plombage et le dentiste que j’avais pris au hasard (le plus proche de chez moi) m’a enlevé le plombage en fraisant en plein dedans avant de nettoyé la cavité de la dent afin d’enlever cette vilaine carie qui s’en que je ne m’y attende, récidivera plus tard. Il a ensuite remis un autre plombage et ce sans respecter le protocole de dépose d’amalgames dentaires. Quelques temps plus tard, la carie a effectivement récidivée, cette fois je suis allé chez un autre dentiste, c’était une femme. Elle m’a aussi enlevée pour le plombage pour la deuxième fois sans protection particulière avant de nettoyer la cavité et mettre un pansement en résine céramique. J’ai du y retourner deux ou trois fois, car la carie revenait malgré tout à tel point que ma molaire tombait en morceaux, me faisant ainsi perdre les ¾ de la dent. Elle l’a dévitalisée avant de mettre une obstruction définitive en céramique. Toute ces opérations n’ont rien arrangés à mes problème de santé déjà présents avant. Depuis quelques mois maintenant, j’ai fais enlever définitivement les autres plombages chez un dentiste compétent. Il s’agit d’un dentiste belge « Laurent Kasriel ». Il travaille à Bruxelles. La première fois que j’étais chez lui, il avait enregistré une grande conductivitée «électrique venant des 2 plus gros plombages. Je dois encore retourner 3 fois chez lui, afin de remplacer les pansements qui absorbent le restant de mercure présent dans les tubules des dents. La première fois que je le voyais, il m’a bien expliqué comment bien me protéger à chaque visite chez lui. Au départ, j’ai trouvé cette méthode assez bien compliquée, mais bien vite, je l’ai trouvé logique. Il m’a bien précisé que l’on n’enlevait pas les plombages comme on cueille un fruit. Il m’a aussi expliqué tout les produits que je devais prendre afin de bien respecter le protocole durant les semaines qui précèdent chaque visite chez lui. Il m’a dit de prendre du sélénium, du zinc et du charbon végétal super activé. Au début 2012, le 31 janvier, chez le docteur Marc verheyen, j’ai fais le test de provocation urinaire ainsi qu’une prise de sang pour voir s’il n’y avait rien d’autre comme problème. Après un mois d’attente des résultats, le 06 mars 2012, l’analyse de sang s’est montrée en apparence normale comme les nombreuses autres analyses de sang que j’ai fais chez de nombreux médecins conventionnels, par contre, l’analyse de provocation urinaire s’est montrée catastrophique. D’ailleurs, le médecin Marc Verheyen a bien confirmé mon auto diagnostique. Il a compris que j’étais bel et bien spasmophile. Cela m’a rassuré de savoir que tout ceci n’était pas d’ordre psychologique. Je suis donc plus fort que je ne pense point de vu psychologique. A partir de ces résultats, il m’a fait une liste de compléments alimentaires à prendre durant le traitement afin de remettre mon organisme malmenée en bon état. Dés lors, il a procédé à une première chélation au DMPS que je devrais faire une fois par mois. En tout, je devrais répéter 10 fois l’opération avant de refaire un autre test de provocation urinaire, car j’ai beaucoup de cuivre, de plomb, de mercure, d’arsenic et de nickel. Le problème qu’il y a avec le cuivre, c’est qu’il a la particularité de masquer une partie de la valeur réelle du mercure. Le 17 avril, j’ai fais ma deuxième chélation. Les jours passèrent et je ne sentais toujours rien de spéciale. Après quelques semaines, juste avant la chélation suivante, j’ai senti que ma mémoire et mon morale devenaient meilleurs, même si je gardais un peu de fatigue suite aux crises de spasmophilie. Le 14 mai, j’entame ma troisième chélation et quelques jours plus tard, je sens que mon morale atteint son haut potentiel et mes idées sont a nouveau claires, fini le brouillard. Mon sommeil devient meilleur de plus en continu avec de rares interruptions. Ca change la vie d’avoir un sommeil réparateur. Ma condition physique s’améliore également. Comme je pratique la course à pied de compétition depuis 20 ans environ, je vois mes temps s’améliorer peu à peu. Une fois par semaine, je fais aussi de l’escalade depuis 4 ans avec mon meilleur ami. J’ai mis longtemps à bien grimper car j’avais un vertige maladif. Parfois mon meilleur ami me faisait remarquer que c’était dû à un manque de confiance en soit. Parfois ces séances d’escalade devenaient un vrai calvaire, mes bras se tétanisaient sous l’effet du stress constant. Je croyais même qu’ils allaient exploser tellement les muscles étaient rigides et enflés. Depuis ces dernières semaines, je n’éprouve que peu ce genre de problème. Grimper est même devenu une passion, comme pour la course à pied. De plus, je commence à m’améliorer là aussi, ce qui me pousse à persévérer. Mon vertige a quasi disparu. Le 18 juin prochain, je retourne voir mon dentiste et le 19, j’entame ma quatrième chélation. Je sens mes crises de spasmophilie diminuer d’intensité comme neige en plein soleil de juillet. Avec un peu de chance, les crises auront totalement disparu après la cinquième ou sixième chélation. La prochaine fois que j’irais voir le dentiste, Laurent Kasriel, je laisserai mes affaires dans la salle d’attente comme vous l’expliquez dans le deuxième ouvrage, car la première fois, je ne l’avais pas fait. Petite erreur de parcours. J’ai pleine confiance en ce dentiste, il est chouette, rigolo et confiant. Pour l’instant, j’ai plein de boutons, un peu partout sur le corps. J’ai parfois l’impression de refaire une crise d’acné. Je vous envois aussi mes analyses du laboratoire Microtrace Allemand, parce qu’elles sont rédigées en allemands et je ne comprends pas tout. Je vous envois aussi les adresses des médecins chez qui je vais pour être désintoxiqué afin de faire profiter d’autres personnes dans le besoin.
    Ces médecins se trouve en Belgique. Etant belge, il n’y a qu’eux que je connaisse.
    Ne vous laissez pas décourager part les autorités sanitaires, ils n’y connaissent rien.
    Pour moi, c’est sur, la fibromyalgie, la spasmophilie, certaines dépressions viennent principalement des métaux lourds. Je suis au début du traitement, je vais un peu mieux et je sais qu’il reste du chemin à faire, mais ça peut aller plus vite qu’on ne croit.
    Bonne chance à vous et laisser moi un mail si vous avez d’autres questions.
    Erich

    Docteur Marc Verheyen (Détoxicologue)
    Kapelstraat, n°43 bus 1
    3300 Tirlemont (Tienen)
    016/818.393
    Marc-verheyen@telenet.be

    Laurent Kasriel (dentiste)
    Déposes d’amalgames dentaires (extraction des plombages)
    Avenue Montjoie, n°180
    1180 Bruxelles
    0473/500.117
    02/344.77.16
    Laukas1961@yahoo.fr

    Néo Cosmo (Dentisterie et produits détox)
    Drève des Bécasses, n°1
    7850 Petit-Enghien
    00322/395.50.76
    info@néo-cosmo.net
    http://www.neo-cosmo.com
    pour la Belgique 068-8911127-55
    International IBAN : BE31 0688 9111 2755
    BIC : GKCCBEBB

  2. Patricia dit :

    Erich,

    J’ai publié votre long message qui s’adressait à priori à Françoise Cambayrac puisque vous parlez de ses livres. J’ai eu un contact avec elle bien avant la sortie du 1er livre, lorsqu’elle a lu mon témoignage sur la fibromyalgie dans un magazine diffusé via les magasins diététiques et bio.
    J’ai fait deux ans de chélations et mon état ne s’est amélioré qu’au bout d’un an et demi. Pour l’heure, j’osais espérer pouvoir terminer le traitement par procédé naturel mais à mon grand désespoir, la démarche chimique semble la plus appropriée.
    J’attendais beacoup d’un livre commandé en septembre 2011 auprès de Francine-Lehner que l’on m’avait indiquée… comme voulant aider les autres. Malheureusement le livre commandé en septembre 2011 à 35€ a subi une augmentation de 10€ en juin lorsqu’il lui a été possible de me le fournir. J’ai abandonné l’idée de l’acquérir pour plusieurs raisons sur lesquelles je reviendrai dans mon second livre.
    Il me semble donc pour l’heure que je vais devoir reprendre le traitement chimique en Suisse…
    Je laisse l’ensemble des coordonnées des praticiens que vous indiquez pour la Belgique, sachant qu’en France, il n’est pas autorisé de faire de tels traitements pour l’heure. (juillet 2012)

  3. ladies dit :

    bjr avez vous eu de bon retour avec le doxteur verheyen ? nya til pas eu de pb avec le dmps et effets seco daire ?

  4. Patricia dit :

    Bonjour,
    Pour ma part, je ne connais pas ce médecin donc j’interroge Erich qui est suivi par le dit praticien.
    Concernant le reste de votre question, pour ma part, j’ai eu des effets secondaires. A chaque traitement, il y a bien eu de la fatigue… mais au bout d’un an et demi, j’ai fait des réactions cutanées qui ressemblaient à de grosses brulûres. Au delà de la rougeur, cela me faisait très mal et c’était enflé (très gênant surtout aux yeux). Comme je ne m’arrêtais pas, au travail, c’était difficile. J’ai dû utiliser de la pommade corticoïde mais bon, le docteur qui me suit m’a proposé de changer de méthodologie d’injection et de produits mais j’ai refusé pour avoir une mesure fiable de mes résultats après chélations. Dès lors que je vais reprendre le traitement, je pense suivre le nouveau protocole.
    Le DMPS fait peur… Mais n’utilisons-nous pas d’autres produits tout autant dangereux et validés par l’Afssaps ? Dans d’autres pays, le protocole avec le DMPS est reconnu, utilisé et même pris en charge par les systèmes de soins (voir en Allemagne).
    Patricia.

  5. Söhnle Erich dit :

    Bonjours, pour l’instant je ne connais pas d’autres thérapeutes qui pratiques les chélations, ça m’étonne d’ailleurs que la France ne se décide toujours pas à soigner les intoxiqués par cette méthode. Depuis que je fais le traitement au DMPS, je n’ai pas remarqué d’effets secondaires notables et mes amalgames dentaires ont été posé. Mes pansements dentaires ont été changés. C’est dur, je peux le comprendre, mais je vous conseille de continuer le traitement au DMPS, c’est important, sinon pas de guérison possible, vous vérez, les résultats viendront, surtout que vous avez dit que vous aviez ressentie une amélioration au bout d’1 an 1/2.
    Bonne chance.

    Erich Söhnle

  6. Nath dit :

    Bonjour,

    je suis fibromyalgique et à la fin de l’année dernière j’ai fait un test pour savoir si j’étais intoxiquée aux métaux lourds et bingo !!!! Il n’y a pas très longtemps mon dentiste (qui prend toutes les précautions nécessaires) a fait une dépose d’amalgame et j’ai été faire une injection de dmps dans la foulée. Or j’ai eu d’atroces douleurs intestinales juste après ainsi qu’une infection urinaire et des douleurs aux reins (alors que ma clairance rénale était bonne avant l’injection). Du coup je ne sais pas trop ce qui est imputable au dmps et ce qui est imputable à cette satanée fibromyalgie d’autant plus que lorsque j’ai posé la question au médecin qui m’a fait l’injection j’ai bien senti qu’il n’en savait rien du tout. Il a juste pris note de mes soucis survenus après son injection.
    Là du coup je stagne car je me suis posée de grosses questions sur ce dmps d’autant plus qu’on lit beaucoup de choses terribles sur internet à son sujet. Votre témoignage Erich me redonne de l’espoir ! J’ai une question à vous poser si vous le permettez… Certains disent qu’il ne faut pas toucher aux amalgames car s’ils sont vieux ils ne sont plus nocifs et d’autres disent qu’il faut à tout prix les oter… D’autres disent qu’il ne faut surtout pas commencer les chélations avant d’avoir tout retirer et d’autres qu’il faut une dépose-une chélation et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’amalgames… Pourriez vous me dire quelle est l’indication du Dr Marc Verheyen à ce sujet ? IL est reconnu pour être à la pointe dans ce domaine mais hélas il est bien trop loin de chez moi.
    Merci beaucoup.
    Nath

  7. Patricia dit :

    Bonjour Nath,
    Vous avez dû vous tromper en adressant un remerciement à Erich, non ? Effectivement, certains prônent le changement des amalgames, d’autres se posent des questions quant à leur inoffensivité après qq dizaines d’années. Ce qui est sûr est que ceux qui ont fait déposer tous leurs amalgames, sans protection, ont vu leur état empiré. Donc grande vigilance. Je vais interroger le Dr Verheyen à ce sujet.

  8. Patricia dit :

    Voici le message du Dr Verheyen
    Question
    « Bonjour,
    Sur mon site, une personne pose la question de savoir s’il est nécessaire de retirer les amalgames dentaires lorsqu’ils sont vieux (en bouche depuis plus de 15 ans) ou s’il vaut mieux les laisser.
    Merci à vous de me renseigner à ce niveau.
    Cordialement.
    Patricia Le Garf »

    Réponse

    « Bonjour Madame Le Garf,
    on ne peut pas répondre avec un oui ou non. C’est un problème qu’on doit juger individuel. Des métaux dans la bouche ( milieu mouillé ) il y a toujours un degré d’ électrolyse. Les métaux lourds sont avalés. Le plupart est éliminé avec les selles. Une petite quantité est absorbée et accumulée dans les voies lymphatiques. C’est un processus des années. Là on doit nettoyer, par exemple avec Chlorella de bonne qualité. Et après voire un dentiste pour juger quoi faire avec les amalgames. Parce que le traitement dentaire provoque aussi un degré d’ intoxication… par la poussière avec des particules métalliques. Excusez-moi pour les fautes de Français. Si cette explication n’est pas claire vous pouvez toujours me contacter.
    Salutations distingués »

  9. Sandrine-Féa dit :

    Bonjour à toutes,
    Je suis perplexe quand je lis toutes vos discutions, car j’ai l’impression que lorsque que les amalgames sont posés, la pollution est à vie, qu’on les laisse ou qu’on les retire… Pourquoi ne pas chercher une autre solution, comme celle de manger plus de protéines ou de prendre des gélules d’huile de lin etc., de bannir les gros poissons de nos assiettes… afin de se nettoyer chaque jour de l’année ? Bref, une bonne hygiène de vie. Le DMPS (Acide 2,3-dimercapto-1-propanesulfonique) et les effets secondaires, les visites répétées chez le docteur et le dentiste dans un autre pays que la France, ne sont-elles pas stressantes et ne vous empoissent-elles pas elles aussi la vie ? Sans savoir si au final la dépollution entrainera une meilleure santé et si les produits employés ne sont pas eux aussi des polluants, mais sous une autre forme ???? Combien de personnes réelles, physiques peuvent l’affirmer ?
    Extrait de WIKIPEDIA : « Du DMPS administré à un animal contaminé par du mercure n’est pas parvenu à éliminer celui-ci des tissus et en particulier du cerveau. »
    Sommes nous des cobails ou le procédé est-il vraiment fiable ?
    Il faut avant tout que l’état français prenne la décision, comme d’autres pays, d’interdire la pose des amalgames pour nos descendants… pour nous il est malheureusement trop tard, nous devons vivre avec, et avec leurs inconvénients ! Et j’en fait partie…

  10. Patricia dit :

    Bonjour Sandrine,

    Effectivement pas facile de savoir quels effets réels vont engendrer ces autres produits sur nos corps (effets qui varient d’une personne à l’autre). Toutefois, les protéines, huile de lin et autre produit ne seront pas suffisamment puissants pour permettre une désintoxication dans le cas de taux très élevés. Et dépolluer le corps est long : les dents, la dentine qu’il faut nettoyer et les tissus… Long donc mais l’amélioration sera au RDV. Pour ma part, je vais mieux grâce au traitement même si à ce jour, je ne suis pas totalement guérie.

    Sommes-nous des cobayes ? D’une certaine façon oui et d’une autre non car certains pays pratiquent la dépollution par DMPS depuis plus de dix ans et doivent avoir une vue d’ensemble si peu qu’ils aient conservé les résultats. Ce qui n’est peut-être pas le cas. Je me souviens d’une conférence à laquelle j’étais allée sur la pollution et le déclenchement de maladies. L’hôpital de Besançon avait constitué une base de données impressionnante sur les cancers constituée sur plus de quinze ans (typologie, aire de déclenchement, étude des vents…) qui lui permettait de présenter des données fiables et objectives. C’était le seul établissement à avoir fait ce travail au niveau national. De fait, la sectorisation des cancers montrait, sans l’ombre d’un doute, que l’usine d’incinération était à la base d’une majorité de cancers déclenchés dans les alentours (elle nécessitait une remise aux normes pour minimiser les rejets nocifs).

    Quant à l’arrêt de la pose des amalgames, c’est une autre histoire. En effet, sous prétexte du rapport bénéfice/risque, nous continuerons d’être exposés à ceux-ci ou à autre chose d’ailleurs. Pour le plus grand malheur de certains.

  11. yves Hubert dit :

    À Patricia ; Merci beaucoup pour ce précieux forum.
    À Thierry par Patricia ; Le Pr Bégué et l’académie de médecine sont des exemples parfaits de captifs industriels : « il faut faire très attention » sous-entendu à, dans le doute, pouvoir continuer à intoxiquer tranquillement (sans tenir compte des plaintes ou des plaignants).
    À Erich par Patricia ; Merci aussi grandement : vous avez raison de bout en bout, à part peut-être en considérant l’aluminium comme un métal lourd. Al est au contraire très léger mais néanmoins hypertoxique (c’est-à-dire cumulatif) au coude-à-coude avec le mercure dans leur compétition neurotoxique, compétition qui demeurera historique. yh, demi-valeur C de toxicologie fondamentale CNAM.

  12. Pénélope dit :

    Bonjour !
    Je vis à Paris et j’ai moi aussi une présence importante de métaux lourds dans mon organisme.
    J’ai lu dans le livre de Cambayrac des adresses utiles pour des ustensiles de cuisine sans danger, mais je ne retrouve plus le livre ! Quelqu’un peut-il me donner les références de marques pour acheter les ustensiles de cuisine ?
    Un grand merci à vous,
    P.

  13. Patricia dit :

    Bonjour Pénélope,

    Il s’agit très certainement d’ustensiles en céramique… ou en inox.
    Regardez s’il en est question sur son site.

    Cordialement.

  14. Eve Marie dit :

    Bonjour
    F Cambayrac recommande comme matériel de cuisine en céramique la collection Flame de la marque Emile Henry.

  15. Patricia dit :

    Oui tout à fait… Et je pense que d’autres matériaux naturels sont respectueux de l’aliment que l’on cuit et de la santé de l’humain. Encore faut-il être assuré du process de fabrication – origine de la matière première, autres produits ajoutés, modalités de cuisson…

Laisser une réponse