Maladie Fibromyalgie

Fibro’lettre de… décembre 2012

Tout serait-il possible ?

Lire en PDF

Troisième Noël que nous passons d’une certaine façon ensemble. Décembre 2010, la lettre titrait «La douleur chronique… réalité ou imposture ?» (informations données par Marion Berthelange, personnel médical en soins palliatifs et créatrice du site l’envolée d’or http://www.lenvoleedor.e-monsite.com), décembre 2011, le thème de la guérison était abordé avec «Papa Noël, je voudrais…». Après tant de souhaits restés infructueux, celle de 2012 se veut interrogative.

Non pas que je sois sous l’emprise des pro-FIN 2012 mais plutôt parce qu’il est toujours bon selon moi de s’ouvrir, s’interroger, se remettre en question. Je ne vous demande pas de croire ou d’y croire (mais à quoi me direz-vous… patience, vous le découvrirez plus bas) ; chacun est libre du chemin qu’il emprunte et je me veux juste être un éclaireur – parmi d’autres et oh combien petit – qui apportera sa petite contribution.  Si René Descartes avait rencontré Allan Kardec, que se seraient-ils dits ? Finalement, Descartes ayant accepté la thèse selon laquelle le soleil était l’astre central de l’Univers, n’aurait-il pas accepté aussi celle qui dit qu’un autre monde semble nous échapper ?

Trêve de voyage cosmique, laissez-vous charmer par… les quelques pistes que je vous propose… ou pourquoi pas par le Père Noël… Chacun est libre de croire en ce qu’il veut.

Chimique – naturel / naturel – chimique : cruel choix !

Nous appartenons à un système où il n’est pas facile de sortir du moule, sous peu que les bien-pensants accusent ceux qui veulent suivre un autre chemin de médecine illégale, d’usurpation, d’escroquerie… Que dire, que penser, que faire ? Lourd questionnement. Au Moyen-âge, on brûlait les sorcières, à notre époque, on détruit la réputation d’une personne – assez facilement avec le net je dois dire –, sans compter les éventuelles poursuites juridiques…

Ainsi, régulièrement, je donne hors ligne les coordonnées d’un médecin qui permet de détoxiquer le corps des métaux lourds par un traitement chimique en intraveineuse (= chélation). En 2007, alors convaincue que les médicaments allopathiques que le généraliste me prescrivait allaient finir par avoir ma peau, je m’étais jurée de ne plus jamais en ingurgiter ! Ainsi, mise sur la piste des métaux lourds par Françoise Cambayrac, et malgré le fait d’en avoir échangé avec elle, il m’a fallu un an pour accepter que mon corps subisse les assauts d’autres produits chimiques. Depuis mai 2011, en attente de finir le traitement, je recherchais une piste plus respectueuse de ce corps que j’habite. Après avoir consulté les sites du Dr Montain et du Dr Klinghardt, j’ai pris rendez-vous avec un naturopathe formé par ce dernier. Quelle ne fût pas ma surprise de l’entendre me dire « dès le début du traitement, vos analyses montraient une faiblesse enzymatique. Le fait de décharger trop de cuivre et de zinc – qui sont aussi des métaux lourds positifs pour le corps – montre qu’il y a une lésion cellulaire. » Il me parle de blocage, des cellules qui relâchent des matériaux intracellulaires… Oups !  Mais j’avais choisi à l’époque la piste qui m’apparaissait la plus fiable pour me libérer le plus rapidement possible de l’état douloureux qui me terrassait. Mais les métaux lourds semblent avoir migré dans le cerveau et aileurs…

Prenons l’exemple du cancer,  pour guérir des patients, des praticiens se sont penché sur les causes de la maladie plutôt que de se concentrer sur le traitement des symptômes. Herman Henry William Pauling, ouvre la voie du traitement naturel contre le cancer dans les années 40, alors atteint à 40 ans, d’une forme grave de la maladie de Bright (= insuffisance rénale chronique). Avec l’aide du Dr Thomas Addis de Stanford, il parvient à contrôler l’évolution de la maladie en suivant un régime faible en protéines et sans sel, inhabituel pour l’époque. Comme tous les patients d’Addis, il se voit également prescrire des vitamines et des sels minéraux. Par la suite, il entreprendra des recherches sur le pouvoir de la vitamine C prise à haute dose (concept développé par le biochimiste Irvin Stone).

D’autres médecins ont suivi des préceptes de même acabit et se sont vus poursuivre. Je pense entre autre au docteur Hamer.

Alors quel traitement suivre ? Lequel éviter ? Dilemme !

Liens

Feuilletez le début du roman « Reviens à Bréhat »
Anne Ancelin Schützenberger
L’alliance pour la santé du Dr Rath
Centre PsychoPhysio

Lire la suite

Retour Fibro’lettre

Retour accueil

Laisser une réponse